Tout connaitre sur le Root Android

Si vous utilisez Android, vous avez déjà probablement entendu parler du « root ». Si ce n’est pas le cas ou que certains points vous semblent obscurs, alors ce dossier est fait pour vous. A la fin, vous serez incollable (ou presque) sur le root !

Le « root », c’est quoi ?

Root signifie en anglais « racine ». Ce terme est utilisé en informatique pour signifier qu’on se trouve à la base d’un disque, à sa racine. Le root permet d’obtenir des droits supplémentaires afin de modifier les fichiers systèmes normalement inaccessibles situés à la racine de l’OS Android. Sur Linux, dont Android est dérivé, un utilisateur avec les droits root est appelé « super-utilisateur ». Idem pour les possesseurs de Mac. Sous Windows, les droits root n’existent pas, mais un utilisateur paramétré comme « administrateur » peut modifier son système d’une façon similaire.

A la base, Google ne fournit pas d’accès root pour ses terminaux. On peut le comprendre : il suffit qu’une application programmée à des fins mal intentionnées accède à des fichiers importants de votre système pour endommager définitivement votre terminal. D’ailleurs, les marques souhaitant voir leurs appareils certifiés par Google ne doivent pas laisser d’accès libre au root. C’est pourquoi les vieilles tablettes Mpman qui ne possédaient à l’époque que le marché Getjar étaient pré-rootées, alors que les terminaux Samsung par exemple possèdent tous une certification Google et ne sont donc pas rootés d’origine.

A quoi ça sert ?

Le root permet de faire tout (ou presque) avec votre appareil. Par exemple, il devient possible de modifier la vitesse du processeur. Augmentez-la pour gagner en rapidité ou diminuez-la pour économiser un peu de batterie. Il devient aussi possible de sauvegarder et de transférer l’intégralité de vos données via une application comme Titanium Backup. Vous pourrez ainsi retrouver non seulement vos photos et vidéos, mais aussi vos applications dans l’état où elles étaient sur un précédent appareil (lui aussi rooté).

Selon votre terminal, le root permettra d’accéder à des fonctions plus ou moins cachées ou voir modifiées par des fans. Ainsi, le framework XPosed permet d’activer des « tweaks » pour les appareils HTC ou Samsung. Le root permet aussi d’enlever les applications pré-installées par certains opérateurs afin de faire de la place en mémoire. Ou encore de faire passer votre terminal pour un autre. Comme vous pouvez le voir les possibilités sont assez poussées.

Comment ça marche ?

Pour obtenir le root, les méthodes sont multiples et varient selon chaque appareil, que ce soit pour les tablettes, phablettes ou smartphones. Impossible de tout lister en un seul dossier, il faudrait des centaines de pages ! Google restera votre meilleur ami, de nombreux forums donnant les méthodes pour les appareils les plus vendus. En revanche, certains modèles seront difficiles à débloquer car peu connus et boudés par les développeurs.

Dans l’absolu, le principe reste souvent le même : flasher une application qui viendra exploiter une faille d’Android afin de vous en ouvrir les portes. Il suffira parfois d’un seul clic, une application dédiée faisant tout le travail. dans ce cas, on appelle cette façon de procéder le « 1-click root » ou « root en 1 clic ». C’est de loin la façon la plus facile de faire, mais ce n’est malheureusement pas la plus répandue… Il faudra en général passer par ADB, fastboot et débloquer votre terminal. Rassurez-vous, ce n’est pas beaucoup plus compliqué, il suffit juste de faire les choses dans l’ordre.

Quels sont les risques ?

Comme il s’agit de bidouiller dans le système en profondeur, il faut savoir un minimum ce que vous faites. Encore une fois, si vous suivez les méthodes à la lettre et appliquez le bon patch sur le bon terminal, il ne devrait pas y avoir de soucis. Évitez cependant de modifier le build.prop si vous ne savez pas ce que c’est ! Où ne montez pas la fréquence de votre processeur au maximum en permanence sous peine de l’endommager de façon irrémédiable.

Recovery

Dans le domaine de la bidouille, deux cas peuvent arriver : soft brick et hard brick. Le « brick » est un terme qui indique que le terminal est inutilisable suite à une mauvaise manipulation. Il peut rester coincé au démarrage, ne plus démarrer ou rester bloqué sur un écran noir. En gros, il devient aussi inerte qu’une brique (et à peu prêt aussi utile pour téléphoner). Le soft brick désigne un problème logiciel et reste souvent rattrapable par le flash d’une ROM via un recovery. Quand au hard brick, il signifie la plupart du temps un retour au SAV ou un aller direct à la poubelle !

Sachez cependant que même si vous avez rooté votre smartphone ou tablette, la garantie européenne s’applique. En effet, à moins qu’il ne soit prouvé que c’est le root qui a endommagé votre terminal (ce qui reste difficile à faire), les constructeurs ne peuvent vous refuser un retour au SAV. Cependant, peu d’entre eux mettent en pratique ce principe.

Quelques exemples

Voici d’abord quelques applications qui permettent le root en 1 clic :

  • Z4Root
  • Framaroot
  • One Click Root
  • Odin Mobile

Certaines de ces applications sont disponibles sur le Play Store, comme Odin qui fonctionne sur les appareils Samsung :

Pour la majorité des apps, il faudra chercher sur le forum XDA, qui est une vraie mine d’or pour la bidouille sous Android. Et si il n’existe pas d’applications ? Fouillez en premier lieu sur XDA, les machines les plus connues sont répertoriées, allant des Nexus aux Samsung en passant par les Huawei, vous devriez trouver votre bonheur. Parfois, des fans développent des boites à outils permettant d’obtenir le root et même plus : recovery, ROMs, débloquage du bootloader…

Toolkit OPO

 

Lexique

Voici un petit lexique des termes couramment utilisés dans le domaine du root. Vous n’en rencontrerez parfois qu’une partie, tout dépend de votre appareil. Au pire, ça vous aidera toujours à frimer lors de vos sorties (ou pas).

ADB : Android Debug Bridge de son nom complet. C’est un outil qui permet de communiquer avec votre terminal Android via la console. Et oui, il faut parfois passer par la ligne de commande !

Fastboot : C’est un outil inclus dans le kit de développement d’Android. Sa fonction est similaire au mode recovery. Avec fastboot, vous pouvez injecter une ROM dans votre terminal, flasher un nouveau recovery. C’est parfois la seule solution de secours en cas de soft brick.

Recovery : C’est un mode spécial de démarrage. Voyez le recovery comme un mode « sans échec » pour Android. En cas de plantage de votre appareil, la recovery pourra vous sauver la mise en vous permettant de flasher une nouvelle ROM.

ROM : C’est ce qui constitue votre système d’exploitation. De base, votre appareil possède une ROM « stock », c’est à dire sans modification. Mais certains développeurs n’hésitent pas à proposer leurs propres ROMs, qui sont appelées des ROMs customs. Les plus connues sont CyanogenMod, Paranoid Android et MIUI.

Bootloader : C’est un programme qui démarre avant Android. Il est souvent « bloqué » par les opérateur, mais en le débloquant il devient possible de flasher un recovery, puis une ROM custom. Un bootloader bloqué n’empèche pas forcément le root.

Flash : C’est un terme qui indique qu’on installe ou modifie des éléments systèmes du terminal.

 

 

 

 

 

Source: Tablette-tactile.net

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s