PRISM :Le cauchemar devient réalité

PRISMCe weekend marque un tournant dans l’histoire d’Internet et de la vie privée, ou plutôt de sa perte. Ce marasme est dû au projet PRISM, une vaste collaboration secrète entre la NSA, le FBI, et presque toutes les entreprises de haute-technologie que vous côtoyez quotidiennement. Le PRISM a octroyé au gouvernement américain un accès sans précédent aux renseignements personnels au moins durant les six dernières années.

PRISM est un programme gouvernemental secret …

PRISM est le nom de code d’un véritable programme du gouvernement américain, ce n’est pas du tout un projet du Shield. Selon les documents divulgués, il est entré en vigueur en 2007, et a pris de l’ampleur. Son but déclaré est de surveiller les communications étrangères  qui pourraient passer par des serveurs américains, mais il semble que dans la pratique, sa portée soit beaucoup plus grande.

… Qui donne la NSA un accès sans précédent aux serveurs des grandes entreprises de haute technologie …

Microsoft. Yahoo. Google. Facebook. Paltalk. AOL. Skype. YouTube. Apple. Si un américain a interagi avec l’une de ces sociétés au cours des six dernières années, ses données font certainement partie du PRISM.

Le processus fonctionne comme suit : les sociétés mentionnées ci-dessus (et qui sait combien d’autres) reçoivent une directive du procureur général et du directeur des renseignements nationaux. Le FBI a alors la main sur les serveurs et l’énorme quantité de données qui les traverse tous les jours. L’unité Data Intercept Technology Unit du FBI les relaye alors à la NSA.

Et c’est là que les choses deviennent intéressantes. La plupart des entreprises de haute technologie impliquées nient avec véhémence fournir ces données, et le gouvernement nie le demander. Bien sûr.

… Afin que la NSA puisse espionner les Américains sans qu’ils le sachent…

Il semble impossible que la NSA, une agence uniquement autorisée à surveiller les communications étrangères, ait tellement d’accès aux informations nationales ou strictement personnelles. Et pourtant!

Comme on pouvait s’y attendre, il existe des filtres pour que la NSA n’outrepasse pas ses pouvoirs. Quelque chose pour s’assurer que seuls ‘les méchants’ sont suivis, si vous préférez. En fait, il y a UN filtre, un analyste NSA doit être sur à 51% qu’un sujet est ‘étranger’. Après ça, c’est carte blanche pour l’espionnage.

… En pompant un nombre terrifiant de données…

Ce qui est le plus troublant avec le PRISM, ce n’est pas qu’il recueille des données. C’est le type de données qu’il collecte.

‘Conversations audio et vidéo, photographies, e-mails, documents et historique de connexion … [Skype] peut être contrôlé pour toute combinaison de « audio, vidéo, le chat, transferts de fichiers. Pour  Google, sont inclus Gmail, chat audio et vidéo, fichiers google Drive, photothèques, et la surveillance en direct des termes de recherche.’

Utilisez-vous un de ces services ? Evidemment, PRISM s’applique à Facebook, Microsoft, et consorts. PRISM permet apparemment un accès complet à un email ou un chat, mais aussi au contenu. Selon la source du Washington Post, ils peuvent ‘littéralement regarder ce que vous tapez.’

… Avec l’entière coopération (contestée) des géants de la technologie…

Microsoft serait le premier, Apple serait arrivé plus tardivement dans le programme et twitter ne serait pas concerné. D’aucuns ne voudra le reconnaître sans preuve flagrante.

Pourquoi trahir ainsi les consommateurs ? Sans doute parce que ces géants n’ont pas le choix. Hélas la théorie des pressions retombe tel un pavé dans la marre. En effet, il apparaît que les leaders technologiques récupéreraient une rémunération confortable pour leurs services, ils ne font pas cela par charité… Business is business.

… de façon absolument légale.

Ce qui est sans doute le plus horrible avec le PRISM, c’est qu’il ne comporte rien de techniquement illégal. Le gouvernement possède ce pouvoir depuis des années, et il n’y a aucun signe d’une quelconque révocation.

Un peu d’histoire pourrait être utile. En 2007, la pression croissante du public a forcé l’administration Bush à abandonner le programme de surveillance lancé en 2001. Abandonné est finalement un peu exagéré.

Le Protect America Act de 2007 a permis aux instances de surveiller les données virtuelles s’il était raisonnable de croire au fameux caractère ‘étranger’. Le 11 septembre et le terrorisme auront fait bien plus de mal qu’on ne le supposait à l’époque.

Le Protect America Act a été suivi par le ‘FISA Amendments Act’ en 2008, qui immunise les entreprises qui transmettent des informations au gouvernement. Voilà comment en deux projets de loi, le PRISM devient légal. Acte que l’on pourrait traduire par comment se faire promptement entuber ou encore comment apprendre à être la parfaite petite marionnette du gouvernement.

La question que vous vous posez ? En Europe ? Bien. le PRISM exploite toutes les données entrantes et sortantes, à un moment ou un autre nous sommes certainement concernés. Quant à savoir si le gouvernement Français et les instances européennes ont mis au point un programme similaire… On ne peut que prier.

Il est temps de faire une dernière courbette à la liberté, la vie privée, au respect et de se prosterner devant le PRISM, ce traitre sans vergogne.

 

 

 

source: gizmodo.fr

Publicités

Comment clouer le bec à un mec collant

Hello les filles, combien de fois avez vous été importunées par des mecs lourdingues à souhait, sans toujours trouver les mots qu’il fallait pour s’en débarrasser en un tournemain? Voici un petit florilège de réponses, certaines savoureuses, à leur faire pour leur clouer le bec une fois pour toute.

Appréciez!

Lui : – On ne s’est pas déjà rencontres ?

Elle : – Sûrement, je suis infirmière aux maladies vénériennes.

——————————————————————————————– Lui : – Vous, je vous ai déjà vue quelque part …

Elle : – Oui, et c’est d’ailleurs pour ça que je n’y vais plus.

——————————————————————————————— Lui : – Ce siège est libre ?

Elle : – Oui, et le mien aussi sera libre, si vous vous asseyez là !

———————————————————————————————

Lui : – J’aimerais bien vous appeler, c’est quoi votre N° ?

Elle : – C’est dans l’annuaire.

Lui : – Mais je ne connais pas votre nom….

Elle : – Dans l’annuaire aussi.

——————————————————————————————-

Lui : – Je connais tous les trucs pour satisfaire une femme. Elle : – Alors fais-moi plaisir, casse-toi !

——————————————————————————————-

Lui : – Je suis photographe, et je cherchais justement un visage comme le votre !

Elle : – Je suis chirurgien esthétique et moi aussi, je cherchais justement un visage comme le votre !

——————————————————————————————-

Lui : – Salut ! On est pas sorti ensemble déjà une fois, ou deux ?

Elle : – C’est possible mais une fois alors, je ne fais jamais deux fois la même erreur.

——————————————————————————————-

Lui : – M’accorderiez-vous le plaisir de cette danse ?

Elle : – Non merci, j’aimerais avoir du plaisir aussi !

——————————————————————————————-

Lui : – Comment avez-vous fait pour être si belle ?

Elle : – On a dû me donner votre part !

——————————————————————————————-

Lui : – Est-ce que vous sortiriez avec moi samedi prochain ?

Elle : – Désolée, j’ai prévu d’avoir une migraine ce week-end !

——————————————————————————————-

Lui : – Votre visage doit faire tourner quelques têtes !

Elle : – Et le votre doit retourner quelques estomacs !

——————————————————————————————-

Lui : – Je crois que je pourrai vous rendre très heureuse.

Elle : – Pourquoi, vous partez ?

——————————————————————————————-

Lui : – Que répondriez-vous si je vous demandais de m’épouser ?

Elle : – Rien. Je ne peux pas rire et parler en même temps !

——————————————————————————————-

Lui : – Puis-je avoir votre nom ?

Elle : – Pourquoi, vous n’en avez pas ?

——————————————————————————————– Lui : – Ca vous dirait d’aller voir un film avec moi ?

Elle : – Je l’ai déjà vu !

——————————————————————————————-

Lui : – Croyez-vous que c’est le destin qui nous a fait nous rencontrer ?

Elle : – Non, juste la malchance !

——————————————————————————————-

Lui : – Eh quel est votre signe ?

Elle : – « ne pas entrer ».

——————————————————————————————-

Lui : – Comment aimez-vous vos oeufs le matin?

Elle : – Non fécondés

——————————————————————————————-

Lui : – J’irai au bout du monde pour vous.

Elle : – Mais promettez-vous d’y rester ?

——————————————————————————————-

Lui : – Où étiez-vous durant toute ma vie ?

Elle : – Où je serai certainement pour le reste de vos jours : dans vos rêves.

 

 

Merci à mon amie L. Metz

Bon voyage Mireille, ma sœur Bien aimée

Mireille Marie-Thérèse, Ma sœur grande sœur bien aimée,

Je viens d’apprendre ton départ.

Ça fait comme un gros caillou dans mon estomac.

Je suis pétrifié, figé là, ma respiration est bloquée.

Les paroles et les idées, dans ma tête, s’entremêlent.

Je ne peux y croire!

C’est arrivé trop vite!

C’est impossible!

Il y a sûrement une erreur Que s’est-il passé?

Tu es beaucoup trop jeune pour mourir!

J’espère que tu n’as pas souffert…

Je dois maintenant vivre sans ta présence!

Même si je ne te voyais pas souvent, Je savais que tu étais là.

Aujourd’hui, Je n’ai pas le choix. Je dois accepter ton départ,

Je ne peux rien y faire. Mais je veux que tu saches que dans  mon cœur, tu resteras à jamais!

Ma sœur bien aimée, aide-moi, à passer au travers de ce moment difficile!

Je pense sans cesse à tous les souvenirs qui me restent de toi.

Mon cœur à de la peine, mais je ressens en moi une force…  Ça va aller.

Est-ce toi qui es là pour me réconforter?

Dorénavant, tu seras l’ange gardien de René ton fils, et de … Nous tous.

J’espère sincèrement que tu es bien, là où tu te trouves maintenant.

Malgré ton caractère parfois difficile, tu étais une bonne personne, et tu aimais la vie.

Tu avais un sens de l’humour unique, Tu savais nous réconforter, et tu étais parfois même si généreuse…

Tu mérites une place dans un monde d’amour de tranquillité et de paix.

Tu es en paix maintenant, en paix enfin…

Repose-toi, Millou, repose-toi maintenant….

«Bon voyage» ma sœur bien aimée

 

 

Un grand Merci à M. DESPATIES

Tor, la solution ultime pour rester anonyme sur la toile ?

TORLa gestion de la vie privée sur Internet est un vrai sujet de fond. Pour rester anonyme sur la toile, plusieurs solutions existent, dont l’efficace Tor.

Tor, soit « The Onion Router » (et le « routage en oignon » en français ?) est un logiciel disponible sur la plupart des OS du moment, dont la mission première est d’assurer votre anonymat sur la toile. Déjà très largement utilisé dans les pays où le gouvernement ne laisse que peu de libertés à ses citoyens, Tor protège contre les observateurs externes, et contre les onion routers eux-mêmes. Pour résumer, avec Tor, impossible de savoir d’où proviennent les données qui transitent, ni où elles vont.

Ceci étant, Tor pourrait bien influer sur votre vitesse de connexion, qui pourrait bien se voir diminuée. Le prix à payer pour surfer dans anonymat, sans doute ?

 

 

Source:www.gizmodo.fr

Droit à l’oubli: Liberté,égalité,vie privée

Au cours de la Nuit Vénitienne, Musset dévoilait que «les deux grands secrets du bonheur sont le plaisir et l’oubli». Sous les sunlights numériques, le «privacy paradox» nous conduit à exposer de plus en plus de données personnelles sur la toile dans l’espoir de bénéficier des nouveaux usages et de l’accès à la connaissance tout en désirant une protection accrue de nos identités. Entre plaisir et oubli, notre bonheur numérique appelle de justes réponses pour renforcer l’Internet citoyen car il y a des choses que nous voulons partager et d’autres ne pas dévoiler. C’est l’action de tous qui le permettra utilement.

Parce qu’Internet est un moyen extraordinaire de réalisation et de conquête de nombreuses libertés publiques et individuelles, la vie privée doit y être protégée. Il est simpliste, voire tartuffe, d’affirmer que si vous n’avez rien à cacher, vous n’avez rien à redouter de l’usage sans conditions de vos données privées. Pas plus que nous n’accepterions que le facteur lise notre courrier avant nous, nous ne pouvons admettre que certains lisent nos mails même s’ils affirment ne jamais faire le mal.

Il est encore temps d’éviter que chacun se retrouve, à l’insu de son plein gré, au centre d’un vaste panoptique numérique où nous serions tous appelés à devenir, simultanément, amis et surveillants… Sorte de société sécuritaire et marketing pure et parfaite!

Parce qu’Internet recèle aussi des promesses immenses en termes de développement économique, de croissance et d’emplois, la transparence et le pouvoir donné à l’internaute sont clés pour y parvenir réellement. L’enjeu doit donc conduire tous les acteurs concernés à accepter un débat ouvert pour créer une société numérique de confiance où chaque internaute pourra pleinement profiter du potentiel de l’Internet tout en maîtrisant réellement sa vie privée en définissant son propre point d’équilibre.

Cette mobilisation de l’ensemble des acteurs devra s’établir sous la vigilance de citoyens exigeants pour leurs droits fondamentaux. Car le sujet est complexe et l’enjeu majeur. Pour notre part, nous sommes engagés pour faire de la protection de la vie privée notre priorité.

Voici, à cet égard, quelques convictions reposant sur un triptyque dynamique alliant régulation, co-régulation, auto-régulation:  

    Engager tous les moteurs de recherche à conserver 6 mois maximum les données de connexion, en garantissant une anonymisation totale par la suppression de l’adresse IP jusqu’au dernier octet. Dès aujourd’hui l’ensemble de l’industrie peut satisfaire à cette demande comme nous l’avons déjà fait. Sur ce point, nul besoin d’une nouvelle loi.

 Exiger l’intégration by design dans les technologies, d’outils de protection des données garantissant une navigation sécurisée et maîtrisée. C’est ce que nous avons fait en intégrant la fonctionnalité Do not track par défaut dans notre navigateur. Cela signifie aussi que les données doivent être collectées de façon transparente et que leur utilisation doit être proportionnée à des buts légitimes connus et acceptés à l’avance par tout utilisateur.

  Développer une pédagogie pour tous, et notamment pour les plus jeunes. Chacun doit pouvoir comprendre, par exemple, la façon dont ses données sont collectées, stockées, utilisées et comment en garder la maîtrise. Rien ne serait pire que de laisser s’installer une nouvelle inégalité liée, cette fois, à la maîtrise de sa vie privée sur le Net.

 Au-delà du projet de règlement européen tendant à harmoniser le droit européen des données personnelles, il est sans doute temps d’inscrire un droit à la protection de notre identité numérique dans la Constitution. Certes, la liberté proclamée par l’article 2 de la Déclaration de 1789 implique le respect de la vie privée. Mais l’importance prise par internet nécessite une consécration symbolique, un habeas corpus digital. Il s’agirait de consacrer un droit à l’autodétermination informationnelle de chacun, un droit à l’intégrité de notre identité contre toute intrusion des technologies non librement acceptée.  

Le désir de vie privée a en effet tout à voir avec le droit de garder le contrôle sur nos données personnelles. Les machines sont merveilleuses: seules, elles nous épaulent. En réseaux, elles étendent le champ des possibles, aident à conquérir de nouvelles libertés fondamentales, élargissent nos horizons pour tisser de nouveaux liens. Pour ce faire, elles ont besoin de mémoire, de beaucoup de mémoire. Mais parce qu’elles ne doivent pas penser à notre place, il est essentiel que jamais elles ne possèdent nos souvenirs et nos rêves. Garder la maîtrise de nos vies sur Internet, c’est aussi voir le Réseau pour ce qu’il est: un outil. Un outil extraordinaire certes, mais qu’il nous revient d’humaniser avant tout.

 

Marc Mosse via http://www.slate.fr

Marc Mossé est Directeur des affaires publiques et juridiques de Microsoft France, Maître de Conférences à Science Po, Vice-Président de Renaissance Numérique.